Le codage QR : Chroniques d’une technologie ratée

Le codage QR est un système de stockage d’informations sous une matrice faite de points noirs et blancs ou de codes à barres bidimensionnels. Ils peuvent contenir de nombreux types d’informations telles que des URL, des SMS, du texte, un lien avec du matériel audiovisuel, une page web, une liste de contacts, un numéro de téléphone et même un emplacement sur une carte.

Il est possible de récupérer les informations chiffrées dans le code QR avec un dispositif mobile. Il suffit de télécharger une application de décodage QR et de pointer la caméra sur un panneau de codage QR. Une fois numérisées, les données apparaîtront automatiquement sur l’écran du dispositif utilisé, sans nul besoin de prendre une photo ni de bien cadrer l’objet QR.

Cette technologie n’est pas récente puisque la patente du codage à barres fut enregistrée en 1952, mais il a fallu attendre les années 80, où cette technologie connut un grand succès commercial, l’amenant a être appliquée sur quasiment tous les emballages des produits utilisés quotidiennement.

A l’avènement du codage QR, peu d’utilisateurs ont adhéré son système, considéré trop artificiel : Peu d’utilisateurs utilisent leurs Smartphones pour exécuter des analyses.

Lors de leur conception en 1994 par les japonais à Denso Wave, l’idée était de stocker davantage d’informations en comparaison avec le codage à barres traditionnel, mais cette tentative de connecter physique avec le virtuel pour donner un sentiment d’avant-garde et avec une mise en œuvre pourtant réussie dans l’industrie, son utilisation demeure trop faible parmi les possesseurs de téléphones intelligents.

Les autorités publiques et les institutions touristiques ont adapté leurs prospectus ces dernières années afin qu’ils soient compatibles avec cette technologie pour promouvoir le tourisme de faire de même afin de réaliser, entre autres, des visites virtuelles. Certains cimetières de Barcelone ont lancé en 2012 un service qui permet aux pierres tombales traditionnelles de contenir des informations en codage QR sur le défunt à travers un dispositif mobile gratuit, ayant ainsi accès à sa biographie par texte et images.

Cette technologie semble puiser sa force des musées. En Espagne, plusieures œuvres possèdent actuellement des cadres de codage QR contenant toutes les informations nécessaires, afin de ne pas encombrer l’œuvre en elle-même avec du texte.

En effet, l’Espagne est le pays où les codes QR sont le plus lus dans le monde : 21% de la population accède à ce service, suivie par les Etats-Unis.

L’une des principales explications des experts pour justifier le manque d’utilisation de ce système : Les entreprises qui intègrent le codage QR dans leurs stratégies de promotion ne fournissent aucun renseignement.

Le conseil municipal de Barcelone vient de lancer une application pour Smartphones : un système qui fournit des informations sur les 43 marchés municipaux, téléchargeables via le code QR se trouvant dans tous les marchés et les magasins d’applications Apple et Android.

Leave a Reply