Les pays les plus accueillants du monde

Enterrés sous les centaines de pages d’un rapport du Forum mondial sur la nouvelle économie globale du tourisme, au-delà des sections sur l’infrastructure du transport aérien et la densité de physiciens (on entend par là le nombre de médecins par habitant, et non la masse par mètre cube de médecins individuels), il existe des chiffres très intéressants.

Le WEF a compilé les données d’enquête de 140 pays estimant l’attitude de la population de chaque pays envers les visiteurs étrangers.

Les résultats semblent significatifs au-delà du tourisme. Selon les données, les pays en rouge sont moins accueillants pour les visiteurs étrangers, alors que les pays en bleu sont plus accueillants.

Le WEF a rassemblé les données en interrogeant les populations : «Comment sont accueillis les visiteurs étrangers dans votre pays?» Le WEF explique que les résultats de l’enquête sont destinés à aider à «mesurer l’ampleur d’ouverture d’un pays et de la société envers le tourisme et les visiteurs étrangers”.

Selon les données, les trois premiers pays les plus accueillants pour les étrangers sont, dans l’ordre: l’Islande, la Nouvelle-Zélande et le Maroc. D’autres bien classés comprennent les riches et pacifiques pays du monde occidental (Irlande, Canada, Autriche), quelques paradis touristiques (Thaïlande, Emirats Arabes Unis), et, pour une raison quelconque, de grandes parties de l’Afrique occidentale.

Les trois pays les moins accueillants pour les étrangers sont, dans l’ordre: la Bolivie, le Venezuela et la Russie. Autres pays mal classés comprennent les états les plus troublés du grand Moyen-Orient (Iran, Pakistan, Arabie saoudite), Europe de l’Est et deux pays d’Asie orientale, avec une certaine surprise lors de la découverte du bas du classement: la Chine et la Corée du Sud.

Une partie de ce qui rend ces données si intéressantes, c’est qu’il n’y a pas de “théorie de grande unification”, aucune variable n’a expliquant les résultats.

Ce n’est pas la richesse ou le PIB par habitant (cela n’expliquerait pas pourquoi la Corée du Sud se classe si bas) ni le contraste entre les pays occidentaux riches. Ce n’est certainement pas le nombre de visiteurs étrangers: les moyennement classés États-Unis et la faiblement classé Chine ont pourtant les taux les plus élevés dans en tourisme étranger.

Ce qui peut être intéressant à propos de cette carte, c’est la mesure dans laquelle elle semble contrarier les perceptions communes américaines du reste du monde. Bien qu’il existe certainement quelques pays du Moyen-Orient de couleur rouge dans la carte, la région obtient un score assez bon. Le Maroc est son tourisme convivial n’est pas une surprise, mais on ne s’attendait pas à voir le Yémen occuper une place au-dessus de la Suède et de la Belgique.

L’Europe occidentale est généralement amicale envers les étrangers, mais, peut-être à cause de la politique d’immigration délicate, ils se rangent plutôt aux côtés de l’Afrique Sub-saharienne. Les Etats-Unis, le pays de la Statue de la Liberté et du célèbre dicton «donnez-nous vos fatigués, vos pauvres et vos masses entassées qui aspirent à vivre libres», se classe 102e sur 140 pays, bien en deçà d’une grande partie du Moyen-Orient.

En essayant de déchiffrer cette carte, un détail est frappant : La corrélation apparente entre animosité envers les étrangers et le nationalisme. Ceci expliquerait les faibles notes pour la Chine et la Corée du Sud (bien qu’il existe d’autres facteurs possibles ici, y compris la race) et de la Russie, et pourquoi les Etats-Unis, l’Allemagne et le Japon -trois pays qui ont des antécédents fortement nationalistes- sont classés bien en dessous d’autres pays riches.

La théorie du nationalisme a un peu plus de sens quand on se base sur l’interrégional. En Amérique latine, par exemple, une région généralement amicale envers les étrangers, trois pays se distinguent: la Bolivie, l’Equateur et le Venezuela. Tous les trois ont des gouvernements qui pourraient être décrits comme assez nationalistes. Le Moyen-Orient, où l’Arabie Saoudite et l’Iran se classent parmi les pays qui ne sont pas trop ouverts au tourisme étranger, confirme cette théorie.

Pourtant, il existe des raisons de penser que cette théorie n’est pas infaillible, car elle n’explique pas pourquoi le Danemark, un pays riche de l’Europe occidentale, est bien plus rouge que ses voisins, par exemple, pas plus qu’elle n’explique la variation dans le sud de l’Afrique.

Leave a Reply